Questions fréquentes de la vidéosurveillance

Toutes nos caméras extérieures sont fiables. Les caméras fiables contre les intempéries sont toutes sous la norme de protection standard internationale de la Commission Electronique International IP66 ou IP67.

L’accès à votre espace personnel, sur lequel vous pouvez consulter vos caméras, est doublement sécurisé : par un compte dont vous êtes le seul détenteur et par un "tunnel" crypté entre le serveur et votre ordinateur ou Smartphone. Les enregistrements sont directement stockés dans votre infrastructure technique et ne sont accessibles que par votre espace. Vous êtes donc le seul à pouvoir y accéder. Le pilotage des flux se fait via un tunnel crypté : il est donc impossible de le pirater.

Selon le contexte d'installation de votre système de vidéo surveillance vous devez mettre en place une signalétique.

En effet, le décret du 28 Juillet 2006 impose des règles d'information et de signalisation. Ainsi, sur un lieu ouvert au public, toute personne étant susceptible d'être filmé par les caméras doit en être informé via un affichage visible ( sous formes de pancartes, autocollants,...).

Celui-ci doit comporter :

- un pictogramme de caméra

- les lieux sous vidéosurveillance

- les modalités de l'exercice du droit à l'image

- toutes les informations lui permettant d'accéder aux enregistrements et ainsi vérifier la destruction de ces derniers dans le délai prévu par la loi (loi relative à la sécurité du 21 janvier 1995)

 

Astuce : Même si ce n'est pas obligatoire, il peut être judicieux de poser un affichage pour son domicile car cela aura un effet dissuasif.

 

Si l'espace qui entoure ce bâtiment est réellement privé, qu'il soit clos ou non ne change rien, il s'agit ici d'un endroit privatif et non pas d'un lieu ouvert au public au sens de la Loi, par conséquent il n'y a pas d'autorisation préfectorale à solliciter. 
Par contre, vous devrez veiller à ce que la ou les caméras ne visualisent en aucun la voie publique qui se trouverait en prolongement du terrain.

Sans abonnement : Nos solutions assurent des services gratuits (vision à distance, enregistrement, alerte vidéo Push, alerte par mail avec photo etc.) pérennes et illimités.

Sans engagement : Plus besoin de prestataire pour utiliser votre système, vous êtes complètement libre et vous faites l'acquisition d'un produit entièrement compatible.

 

Le capteur d'image est l'un des composants majeur qui influe sur la qualité d'une caméra. Il assure la transformation des signaux lumineux en signaux électriques. En vidéo surveillance, on trouve deux technologies : le capteur CCD (Charged Coupled Device) et le capteur CMOS (Complementary Metal Oxide Semiconductor).

 

 

 

Le capteur CCD

La technologie CCD a été spécialement développée, il y a plus de 20 ans, pour le cinéma et donc pour l'industrie des caméras.

Il est de meilleur qualité qu'un capteur CMOS notamment au niveau de sa sensibilité à la lumière qui permet un meilleur rendu d'image même en sous-exposition.

Un procédé de fabrication non standard et la difficulté d'intégration dans les caméras font de la technologie CCD une technologie plus complexe et donc plus chère.

Un capteur CCD consomme plus d'énergie et la production de chaleur qui en résulte favorise l'apparition de signaux parasites (compensé par des systèmes de refroidissement). On constate aussi un phénomène appelé « smear », traînées verticales quand on filme un objet trop lumineux.

 

Le capteur CMOS

La technologie CMOS a été créée pour s'intégrer dans des ordinateurs, elle est plus simple et plus récente.

Elle arrive aujourd'hui à maturité et la qualité du rendu se rapproche de la technologie CCD.

De part la simplicité de leur technologie et de leur faible consommation d'énergie, les capteurs CMOS sont moins onéreux et permettent d'avoir des caméras à moindre coût. La limite actuelle du CMOS réside dans leur faible sensibilité à la lumière. En effet, dès que l'on filme des scènes peu éclairées, il en résulte une image soit très foncée soit pleine de « bruits » (parasites). On constate également, dans certains cas, des distorsions de l'image lors de mouvements rapides.

 


 

 

En conclusion, on peut dire que la technologie CMOS (plus récente) arrive à maturité mais que, dans le domaine particulier des caméras de videosurveillance, elle n'égale pas (encore) la technologie CCD en terme de sensibilité et de rendu qualitatif de l'image.

A noter que la qualité des images vidéo est aussi liée à la qualité de l'objectif et aux technologies associées : contrôle amplification (AGC) , logiciel de compensation de blanc (AWB), gestion automatique des contre jours (WDR).